•  

    Que fêtent les juifs le jour de Yom Kippour ? | Le tour de la question

    Yom Kippour (hébreu : יום הכיפורים Yom Hakippourim «le jour des propitiations»), également appelé le Jour du Grand Pardon, est une fête juive considérée comme la plus sainte de l’année juive. 

    Je vous partage 2 documents pour vous aider à aborder la fête de Yom Kippour

    Yom Kippour fete yeshoua mod

     

     1) Une petite introduction tirée du site rencontrerdieu.com

    Yom Kippour, une Sainte Ordonnance du Dieu vivant (source : rencontrerdieu.com)

    https://www.rencontrerdieu.com/project/yom-kippour-le-veritable-messie-yeshoua-face-aux-faux-jesus/

    Nous voilà arrivés à la fête la plus solennelle du calendrier biblique hébraïque : Yom Kippour, jour du grand pardon, une des grandes fêtes de l’Eternel observée par les apôtres et les disciples du Messie Yéshoua. Bien loin d’abolir la moindre fête du Dieu vivant prescrite dans la loi de Moshé (Moïse), rappelons-nous le zèle de Paul pour observer les fêtes de Dieu prescrites dans la Torah : « il prit congé d’eux, en disant : Il faut absolument que je célèbre la fête prochaine à Jérusalem » (Actes 18.21).

    Ainsi, en cette période glorieuse, prenons nous aussi congé de tout ce qui nous empêche de vivre pleinement la fête de Yom Kippour !

    En Vayiqra (Lévitique) 16 : 29-34, les versets donnent toutes les caractéristiques de ce jour : « Ceci sera pour vous une loi perpétuelle » : Ainsi, tout Israélite, c’est à dire tout juif et tout converti des nations par la foi en Yéshoua, se doit de faire le Yom Kippour chaque année. Pour le converti des nations, il est tenu d’étudier et de mettre progressivement en pratique ce commandement divin précieux et rempli de bénédictions : « Cardepuis bien des générations, Moïse a dans chaque ville des gens qui le prêchent, puisqu’on le lit tous les jours de Shabbat dans les synagogues. » (Actes 15.21)

    « Ceci sera pour vous une ordonnance perpétuelle, afin qu’une fois l’an il soit fait, pour les enfants d’Israël, l’expiation à cause de tous leurs péchés. Et l’on fit comme l’Éternel l’avait commandé à Moïse. » (Lévitique 16.34)

     

    2) Une vidéo du site du journal La Croix

    Yahoo!

    votre commentaire
  • La Sainte Convocation du Yom Kippour

    "Extrait de la Bonne nouvelle du Royaume"
     

    mp00D_yom kippour_2

    « KIPPOUR »

    « un jour où vous humilierez vos êtres »

    « les expiations »

    les lectures proposées sont : Lévitique 16:1-34 – 18:1-30 ; Isaïe 57 : 14 à 58 :14 ; Le livre de Jonas ; Michée 7 : 18-20 ; I Pierre 1:1 à 2: 10 ; Romains 11 : 26-36

    Notre Kippour est en Yéshoua, IL nous a rachetés. IL est le Grand Sacrificateur qui a risqué sa gloire pour l’amour du Père et de ceux qu’IL n’a pas honte d’appeler « ses frères ». Le Kippour reste comme toutes les fêtes de YHVH du septième mois, une prophétie qui attend encore sa pleine réalisation historique… En respectant ce jour, selon notre liberté acquise dans le Messie, nous rendons témoignage à la Parole et prophétisons la réalisation de ce jour qui ne saurait tarder… La Théchouvah (retour_repentance) collective est nécessaire avant toute nouvelle étape prophétique déterminante.

    selon notre sensibilité, nous honorons la fête le mercredi 19 septembre (de la veille au soir au soir de ce jour) (voir remarque en fin d'article)

    Bon Kippour à tous sous le regard de notre Père des cieux, par la présence du Fils, Yéshoua, Messie d’Élohim, Agneau de la réparation, Grand Sacrificateur pour toujours, Roi d’Israël… car l’autorité repose sur son épaule par notre Elohim … Voici Il revient bientôt, Il sort du Temple, du lieu très saint où Il est entré pour nous

    Lire la suite...

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Que fêtent les juifs le jour de Yom Kippour?

     

    Un homme joue du chofar, un instrument taillé dans une corne de bélier, le jour de Yom Kippour. Photo: capture d'écran/Euronews

     

    Communément appelé le "jour du Grand Pardon", ou jour des expiations, Yom Kippour est la fête la plus importante du calendrier hébraïque. Jour de ferveur juive par excellence, il annonce la fin de dix jours de techouva ("retour") pendant lesquels les juifs font acte de repentance.

     

    Lire la suite...

    Yahoo!

    votre commentaire
  • La communion fraternelle est très importante pour ceux qui suivent Yeshoua. C'est pour cela que nous devons la cultiver. je vous propose un article pour faire le point sur ce thème et vous invite à la pratiquer.

    Ensuite, je vous conseille un outil très utile établi par une messianique afin que nous puissions connaître et rencontrer ceux qui partagent le retour aux racines hébraiques de la foi: une carte où les messianiques francophones peuvent se  localiser et se faire connaître (voir au dessous de l'article)   https://messianiquesfrancophonesunis.blogspot.com/2018/02/inscription-messianiques-francophones.html 

    La communion fraternelle : quoi, pourquoi et comment ?

     

     

    « Ils persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain et dans les prières » (Actes 2 :42).

    « Ces quatre persévérances suffisent à décrire toute la vie de l’Église… Toujours et partout, quand il s’agit de caractériser la vie nouvelle des croyants, on retrouve les quatres marques distinctives de l’Église naissante » (Ph. Menoud : « La vie de l’Église naissante », p.10). Pourquoi le deuxième élément constitutif de la vie de l’Église primitive a-t-il été si négligé au cours des siècles — autant dans la théorie que dans la pratique ? L’enseignement, la sainte Cène et la prière occupent une grande place dans l’histoire et dans la vie de l’Église. La communion fraternelle est à peine nommée (on chercherait en vain un livre sur ce sujet alors que sur les trois autres, ils se comptent par milliers), elle est encore moins cultivée. Pour nous aider à persévérer dans les trois autres directions, nous avons nos réunions d’annonce de la Parole, d’étude biblique, de sainte Cène et de prière. Mais où et quand cultivons-nous la communion fraternelle ? Aurions-nous laissé s’effriter une des « quatre colonnes du temple » ? Ne faudrait-il pas chercher peut-être là une des causes du manque d’impact de l’Église actuelle sur le monde et de la tiédeur de beaucoup de chrétiens ?

     

    Lire la suite...

    Yahoo!

    2 commentaires
  • La parachah Vayyélékh

    "Extrait de la Bonne nouvelle du Royaume"
     
    mp52_vayelekh

     

    Shabbat du 15 septembre 2018

    Cette semaine nous étudions la parachah  Vayyélékh (< cliquez sur le titre pour télécharger le fichier )  commentaire de 2012

    Un nouvel ouvrage  » Les paraboles du Royaume  » est disponible en téléchargement à l’index « nos publications »

    Pensée :

    “Lorsqu’il eut achevé d’écrire sur un livre les paroles de cette Torah jusqu’à la fin, Moshéh donna cet ordre aux lévites qui portaient l’arche de l’alliance de YHVH : Prenez le livre de cette Torah. Placez-le à côté de l’arche de l’alliance de YHVH votre Elohim. Qu’il y serve de témoin contre toi.” (Deutéronome 31:24-26)

    La Torah donnée dans le désert s’écrivait pour être observée. En fin de son parcours et avant d’entrer en terre promise, la Torah, parole sortie d’Elohim retourne symboliquement auprès d’Elohim, par un écrit placé à côté de l’arche dans le lieu très saint.

    “Mais lui, étant plein de souffle sacré, et ayant les yeux attachés sur le ciel, vit la gloire d’Elohim, et Yéshoua debout à la droite d’Elohim ; et il dit, Voici, je vois les cieux ouverts, et le Fils de l’homme debout à la droite d’Elohim.” (Actes 7:55-56)

    Oui, Il est la Torah vivante, issue du Père, venue pour accomplir sa volonté ; Il est retourné dans la gloire dans le lieu « très saint ». Il est témoin contre ceux qui le rejettent et pour ceux qui le suivent.

    Lire la suite...

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Célébrer les fêtes bibliques d’automne - spirituel 

    pasteur Stefan Wild

    ERRATUM : lorsque le pasteur Stefan Wild parle de l'agneau sans tache sacrifié, et dont le sang couvre le couvercle de l'Arche de l'Alliance, il faut entendre le premier bouc tiré au sort pour l'Eternel. Le sang du premier bouc cache le péché aux yeux de Dieu, le sang du second (le bouc émissaire) va extirper le péché hors de la communauté des fils d'Israël.

    Lire la suite...

    Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires