• La Pâque

     Site: monde de demain

     Roderick Meredith (1930-2017)

     

    Dieu décida de réaliser des créatures qui deviendraient réellement Ses fils et Ses filles – des êtres qui seraient directement issus de Lui, et qui posséderaient Sa nature divine (2 Pierre 1 :4) et Son propre CARACTERE, placés en eux, par le Saint-Esprit.

     

    Ces créatures devaient posséder un libre arbitre moral – la capacité de « choisir » entre le bien et le mal. Elles devaient prouver, à travers une vie d’affermissement, qu’elles choisiraient toujours d’obéir à la voie divine, à se soumettre à Dieu, à Le servir et à ne JAMAIS se rebeller.

     

    En conséquence, Dieu décida qu’Il créerait la race humaine à Son image – possédant Son aspect et Sa ressemblance, ainsi que dotée de certaines dispositions, comme la faculté de penser, d’imaginer, de créer, de choisir librement, etc. Dieu avait décidé de permettre à l’humanité de PECHER – sous l’influence de l’archange déchu, Lucifer, qui était devenu Satan le diable. Dieu avait décidé d’autoriser les êtres humains à suivre leur propre voie durant les premières six mille années de l’histoire humaine. Ils devaient écrire les leçons de leur vie, à travers les expériences et la souffrance, quoique pour la plupart, en demeurant incapable d’APPRENDRE réellement ces leçons, jusqu’au moment où Dieu choisirait « d’appeler » surnaturellement chaque individu à comprendre et à se repentir (Jean 6 :44).

     

    Or, comme Dieu avait décrété que « le salaire du péché, c’est la mort » (Romains 6 :23), Il décida que, seule la MORT de Son propre Fils, Jésus-Christ, pourrait pardonner les péchés. « En lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irréprochables devant lui […] En lui nous avons la rédemption par son sang, le pardon des péchés, selon la richesse de sa grâce » (Ephésiens 1 :4, 7).

     

    Lire la suite...

    Yahoo!

    votre commentaire
  • La parachah Tsav

    "extrait de la Bonne nouvelle du royaume"
     

    Shabbat du 23 mars 2019

    Cette semaine nous étudions la parachah Tsav (< cliquez sur le titre pour télécharger le fichier )  commentaire màj de 2014

     

    Pensée :

    Moshéh revêtit Aharon des vêtements et des signes de sa charge…

    “Et le grand sacrificateur d’entre ses frères, sur la tête duquel l’huile de l’onction aura été versée et qui aura été consacré pour revêtir les saints vêtements, ne découvrira pas sa tête et ne déchirera pas ses vêtements.” (Le 21:10)

    Déchirer les vêtements était un signe de deuil. Porter le deuil n’était pas requis au Grand Sacrificateur… Or :

    “Et Yéshoua dit, Je le suis (Messie) ; et vous verrez le fils de l’homme assis à la droite de la puissance, et venant avec les nuées du ciel. Et le souverain sacrificateur, ayant déchiré ses vêtements, dit, Qu’avons–nous encore besoin de témoins ?” (Mr 14:62-63)

    Le Grand Sacrificateur fit ce qui n’était pas autorisé à cause de sa dignité ! La rupture de son habit fut le signe de l’abandon de sa charge qui revenait au vrai Grand Sacrificateur, qui l’endossa pour l’éternité : Yéshoua.

    Lire la suite...

    Yahoo!

    votre commentaire
  • La parachah Vayyiqra

    "Extrait de la Bonne nouvelle du royaume" 

    Shabbat du 16 mars 2019

    Cette semaine nous étudions la parachah Vayyiqra (< cliquez sur le titre pour télécharger le fichier )  commentaire màj de 2016

     

    Pensée :

    Vayyiqra se traduit par : « IL appela » YHVH appela…

    L’appel suggère que quelqu’un réponde !

    Et voici que cet appel est suivi des cinq types de qorbanoth (sacrifices- rapprochement) qui furent prescrits à Moshéh… Cet appel résonne pour nous comme une question : « Qui peut répondre à cet appel et être capable de réaliser pleinement le rapprochement par le sacrifice ? ». Mille cinq cent années plus tard, Celui dont le nom est « la Parole d’Élohim » « le Fidèle et le Véritable » « le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs »… l’Agneau d’Élohim, répondit à cet appel en prenant sur Lui les paroles prophétiques de David à ce sujet.

    “C’est pourquoi, en entrant dans le monde, IL dit, Tu n’as pas voulu de sacrifice ni d’offrande, mais Tu m’as formé un corps. Tu n’as pas pris plaisir aux holocaustes ni aux sacrifices pour le péché ; alors J’ai dit, Voici, je viens, – il est écrit de moi dans le rouleau du livre– pour faire, ô Élohim, ton vouloir.” (Heb 10:5-7)

    Lire la suite...

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Pourquoi nous lavons les pieds à la Pâque

    Evangéliste Kelly McDonald, Jr. Hungry Hearts Ministries

    Lavage des pieds

    La Pâque était le dernier repas que Jésus a partagé avec ses disciples avant sa mort. En fait, c'est la seule chose qu'il a dit qu'il désirait ardemment faire (Luc 22:15). Lorsque Christ était à la table avec ses disciples, il institua un acte puissant à imiter.

    Jésus est le seul individu parfait à avoir jamais marché sur cette terre. Il n'a jamais péché. Avant de manger le repas avec eux, il a lavé les pieds de ses disciples. Jean 13: 3-17 (ASV) enregistre ces événements:

    Lire la suite...

    Yahoo!

    1 commentaire
  • Note de Caleb: Même si je ne partage pas entièrement tous les points exposés dans cet article, j'ai pris le parti de le publier car il contient de nombreuses informations utiles pour ceux qui sont retournés aux racines hébraiques et qui recherchent sincèrement comment pratiquer les fêtes de l'Eternel.

    Le repas du Seigneur et Pessah (Pâque)

     

    Quelles sont les similitudes et les différences ?

    Marc 14 : 22 à 25  « Pendant qu’ils mangeaient, Yeshoua (Jésus) prit du pain ; et, après avoir rendu grâces, Il le rompit, et le leur donna, en disant : Prenez, ceci est mon corps. Il prit ensuite une coupe ; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, et  ils en burent tous. Et il leur dit : Ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour beaucoup. Je vous le dis en vérité, je ne boirai plus jamais du fruit de la vigne, jusqu’au jour où je le boirai de nouveau dans le royaume de Dieu ».

    • Le repas du Seigneur que les religieux ont encodé en tradition et nommé, la Sainte Cène pour les uns et la messe pour les autres, est l’aboutissement dans la personne de Yeshoua (Jésus) d’une institution Divine nommée « Pessah » (passage) et qui raconte l’historique d’un passage de l’état d’esclave à celui d’homme libre, le tout à l’intérieur d’un peuple élu.
    • Pessah et le repas du Seigneur symbolisent une même libération et pour le repas du Seigneur, le passage de l’état de pécheur perdu à celui d’enfants de Dieu libéré du péché par la Grâce de Dieu, par le moyen de la croix et de la foi et greffé au peuple élu par la Nouvelle Alliance.
    • Pessah ou Pâque est une leçon de gestes, un « sôd » mot hébreu traduit improprement par « mystère » mot qui sous entend une impossible compréhension de tous, Alors que Pâque et la Sainte Cène sont un message spirituel non- verbale ; une proximité avec Dieu, rendue possible à ceux qui ont la foi.

     

     

    Lire la suite...

    Yahoo!

    1 commentaire
  • la Parachah Péqoudéy 

    "extrait de la bonne nouvelle du royaume"

    Lire la suite...

    Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires