• Connaissance du Judaîsme pour une approche messianique, par Paul Ghénnassia

    Enseignement K7 mis par écrit, et transmis par Jean  sur le site de Michelle d'Astier de la Vigerie. lien: http://www.michelledastier.com/connaissance-du-judaisme-pour-une-approche-messianique-par-paul-ghennassia/#more-375

    Paul Ghénassia (décédé), en tant que Juif messianique, avait des enseignements reconnus par beaucoup comme particulièrement profonds et éclairés.

    Vous pouvez retrouver ces articles aux liens suivants:

    Cet article confirme sur bien des points l'enseignement contenu dans l'article déja paru sur mon Blog: "Yeshoua, le Nazaréen,Yeshoua le pharisien"

     http://discernerlesondushofar.eklablog.com/jesus-le-nazareen-jesus-le-pharisien-a102377169

    http://discernerlesondushofar.eklablog.com/yeshoua-le-nazareen-yeshoua-le-pharisien-deuxieme-partie-f-micciche-a103543772

     

    « Soyez stupéfaits et étonnés ! Fermez les yeux et devenez aveugles ! Ils sont ivres, mais ce n’est pas de vin ; ils chancellent, mais ce n’est pas l’effet des liqueurs fortes. Car l’Eternel a répandu sur vous un esprit d’assoupissement ; Il a fermé vos yeux (les prophètes), Il a voilé vos têtes (les voyants). Toute la révélation est pour vous comme les mots d’un livre cacheté que l’on donne à un homme qui sait lire en disant : lis donc cela ! et qui répond : je ne le puis car il est cacheté ; oui comme un livre que l’on donne à un homme qui ne sait pas lire en disant : lis donc cela ! et qui répond : je ne sais pas lire. Le Seigneur dit : quand ce peuple s’approche de Moi, il m’honore de la bouche et des lèvres ; mais son cœur est éloigné de Moi, et la crainte qu’il a de Moi n’est qu’un précepte de tradition humaine. C’est pourquoi je frapperai encore ce peuple par des prodiges et des miracles ; et la sagesse des sages périra, et l’intelligence de ses hommes intelligents disparaîtra. Malheur à ceux qui cachent leurs desseins pour les dérober à l’Eternel, qui font leurs œuvres dans les ténèbres et qui disent : qui nous voit et qui nous connaît ? Quelle perversité est la vôtre ! Le Potier doit-Il être considéré comme de l’argile, pour que l’ouvrage dise de l’ouvrier : Il ne m’a pas fait ? Pour que la vase dise du Potier : Il n’a pas d’intelligence ? »

     

    1ère partie

    En parallèle à cela nous lisons dans la nouvelle Alliance dans Matthieu 15 : 1

    « Alors des Parouchim (les pharisiens) et des Sophérim (scribes) vinrent de Yéroushalaïm (Jérusalem) auprès de Yéchoua (Jésus) : « pourquoi tes disciples transgressent-ils la tradition des anciens ? Car ils ne se lavent pas les mains quand ils prennent leurs repas. Ils leur répondit : et vous pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition ? Car Dieu a dit honore ton père et ta mère et celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort. Mais vous dites : Celui qui dira à son père ou à sa mère : ce dont j’aurais pu t’assister est une offrande à Dieu, n’est pas tenu d’honorer son père ou sa mère, Ainsi vous annulez la Parole de Dieu au profit de votre tradition. Hypocrites, Esaïe a bien prophétisé sur vous quand il a dit : Ce peuple m’honore des lèvres mais son cœur est éloigné de Moi, c’est en vain qu’ils m’honorent en enseignant des préceptes qui sont des commandements d’hommes. Ayant appelé la foule, Il lui dit : écoutez et comprenez. Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme ; mais ce qui sort de la bouche, c’est ce qui souille l’homme. Alors les disciples s’approchèrent et lui dirent : sais-Tu que les Pérouchim (les pharisiens) ont été scandalisés des paroles qu’ils ont entendues ? Il répondit : Toute plante que n’a pas plantée Mon Père Céleste sera déracinée. Laissez-les ; ce sont des aveugles qui conduisent des aveugles ; si un aveugle conduit un aveugle , ils tomberont tous deux dans une fosse. »

    Malheureusement pour le peuple d’Israël, c’est tristement vrai, et pour toute une partie du Christianisme aussi.

    Ainsi je m’aperçois que dans l’Histoire d’Israël il y a eu des étapes. Le peuple a connu la grâce de Dieu. Et depuis la révélation du Sinaï on peut dire qu’il y a eu une croissance dans certains cas, et quelquefois une décadence. Cette histoire d’Israël, elle est faite de haut et de bas, de bas et de haut, de haut et de bas comme chez toutes créatures vous savez qu’il y a des hauts et des bas.

    Mais malheureusement pour le peuple d’Israël, pour notre peuple, nous n’avons pas su saisir les leçons qui nous ont été données dans l’histoire. Et quand le Messie est venu, c’est à cette époque-là qu’est venu le grand tournant. C’est là que nos sophérim (scribe), nos parouchim (pharisien), que tous ces chefs religieux, que tous ces « hommes de Dieu » qui avaient en main la Parole de Dieu, qui avaient reçu la révélation et qui étaient chargés de la porter au peuple, c’était là qu’ils auraient dû connaître le Messie !

    Parce que tous les signes étaient évidents et ils auraient dû l’accepter.

    Malheureusement, c’est là que le déraillement s’est produit ! Et c’est depuis que notre peuple d’Israël est dans une grande souffrance. On peut dire qu’avec la venue du Messie, s’est produit le plus grand déraillement de l’histoire juive dans l’histoire d’Israël. Nous avons carrément laissé la Parole de Dieu dans ce qu’Elle voulait nous dire, pour prendre un chemin, qui était un chemin d’homme au lieu d’être un chemin de Dieu. Un chemin de tradition au lieu d’être un chemin de la foi.

    Et c’est pour cela qu’à l’époque de la venue du Messie, époque la plus importante, c’est là que le déraillement s’est produit. Il y avait différents courants religieux au temps du Seigneur. Il y avait, si vous lisez la Bérit’ Hadacha (la nouvelle Alliance),vous allez retrouver tous ces courants. On nous parle des pharisiens, des saduccéens, des hérodiens, des esséniens, on nous parle des scribes, du sanhédrin, des zélotes, et des messianiques.

    Et bien ces différents courants il nous faut les connaître et je suis sûr que la plupart du temps nous ne les connaissons pas. Et quand on parle de ces sujets-là, si je posais la question à certains de mes amis, qui pourtant sont des chrétiens de longue date, qui lisent leur Bible, le nouveau testament et l’ancien, qui sont donc des gentils des nations et peut-être même des juifs parce que même les juifs souvent ne connaissent même plus les racines de leur foi. Et bien quand vous leur posez la question au sujet des pharisiens, ils vous répondent : ce sont des hypocrites.

    On est d’accord, mais pas tous !

    Tous les pharisiens n’étaient pas des hypocrites, vous comprenez ? D’ailleurs on pourrait dire que si les pharisiens étaient des hypocrites, alors les parisiens, n’en parlons pas. (rires).

     Vous voyez que tout le monde n’est pas hypocrite quand même, il y en a, des hypocrites, mais tout le monde ne l’est pas et les pharisiens n’étaient pas tous hypocrites, il y avait de bons pharisiens vous savez.

    Il s’agit de bien examiner qu’elle était cette doctrine. Il y avait des courants religieux au temps du Seigneur et remarquez que les courants religieux au temps du Seigneur sont les mêmes courants que l’on retrouve aujourd’hui ! Les noms ont changé tout simplement mais c’est les mêmes courants. Les pharisiens, on les appelait les maîtres du Talmud et plus loin je vous dirai ce qu’est le Talmud, la plupart du temps on parle du Talmud sans y connaître grand chose. Vous allez voir de quoi est fait le Talmud. On les appelait les maîtres du Talmud et c’était un parti très influent et s’appelait Parouchim ou pharisiens, cela signifie « les séparés ».

    Vous voyez que la pensée était bonne, ils voulaient se séparer du monde. Qu’est-ce que la Bible nous dit ? Elle ne nous dit pas qu’il faut se séparer du monde ? Parfaitement !

    Mais vous savez, à vouloir trop se séparer du monde, on devient des hypocrites ! Et on devient des étroits d’esprit avec des œillères. Il y en a beaucoup dans nos assemblées des gens comme cela.

    Connaissance du Judaîsme pour une approche messianique, par Paul Ghénnassia

    Alors ces pharisiens ont pris les mots qu’ils voulaient pour faire une séparation qui les arrangeait eux parce qu’au fond ça rentre bien dans leur cadre, ils veulent se séparer dans certaines choses où ils se sont séparés, eux, mais ils ne veulent pas se séparer dans certaines choses qu’ ils ont cachées bien soigneusement.

    La séparation, elle, n’est pas une séparation d’une étroitesse d’esprit.

    Regardez, du temps du Seigneur, les pharisiens ne se seraient pas approchés d’un lépreux , ils n’auraient pas touché quelque chose sans se laver bien soigneusement les mains. D’accord, c’est très bien pour la propreté, je ne dis pas le contraire. Vous remarquez que Yéchoua s ‘approchait Lui volontiers par exemple d’un lépreux. Et tout le monde était épouvanté. Un lépreux ! vous vous rendez compte ?

    Aujourd’hui nous savons qu’on peut s’approcher d’un lépreux, ça ne risque rien. Mais à l’époque vous vous rendez compte de ce que c’était ? Et quand c’était, par exemple, un homme qui se conduisait mal, comme Matthieu le publicain ! Pourquoi ? parce qu’il recevait l’argent et qu’il faisait du travail avec cet argent pour le compte des romains. Alors c’est un impur !

    Et vous savez les gens de Jérusalem, surtout les publicains, rien que la pensée de ces gens qui travaillaient la terre, ils les appelaient « les gens de la terre » l’équivalent de « péquenots » pour notre époque avec un esprit de mépris et de dédain, ce sont les gens de la terre n’est-ce pas ?

    Vous voyez, l’état d’esprit de ces pharisiens qui étaient arrivés à un état de séparation. Au fond ils étaient devenus des hypocrites religieux. Comme un pharisien ne devait pas regarder quelque chose de mauvais, par exemple s’il rencontrait une femme sur son chemin, il n’avait pas le droit de la voir, alors tout de suite il tournait la tête, et bien sûr il risquait de souiller son regard. Alors les pauvres malheureux, ils étaient obligés de marcher tête baissée, au risque de se cogner tous les côtés.

    Aujourd’hui encore, vous retrouvez ces mêmes pharisiens. J’en ai vu en Israël. Je me souviens que j’ai vu une dame s’approcher pour dire bonjour et d’un air de mépris ils répondent : ne vous approcher pas madame, vous allez me souiller. Pourquoi ? Parce que c’était une femme. Il y a certains courants religieux qui ne touchent pas la main d’une femme ! « J’en serais immédiatement souillé« , disent-ils. Moi je touche volontiers la main de n’importe qui, et aussi d’un dame bien sûr, avec plaisir, je serai heureux de vous serrer la main. Alors n’ayez pas peur de vous approcher si vous voulez que je vous serre la main. Mais c’est pour vous montrer mes amis que quelquefois, on devient terriblement pharisien.

    Les Pharisiens on en trouve aujourd’hui même dans le christianisme de la même manière. C’était des croyants, et ils avaient un bon fond, au départ, parce qu’ils croyaient à toute l’écriture. Nous aussi nous croyons à toute l’écriture. Mais ils croyaient aussi à l’interprétation qu’ils donnaient, eux, de l’écriture. Ce qui a conduit d’ailleurs aux écrits du Talmud. Et ce qui a fait que nous avons maintenant la tradition.

    Alors ils vous diront oui, oui bien sûr il y a la Parole écrite mais attention, il y a la tradition aussi, notre tradition. Et le résultat, c’est qu’on a fait maintenant dans leur pensée, 2 révélations. : la révélation écrite, c’est la bible, et la révélation orale qui soit disant est venue de Moïse et se serait transmise de père en fils, etc., jusqu’à aujourd’hui. Une révélation orale qui permettrait d’interpréter la révélation écrite.

    Déjà là il y a une très grave erreur ! Parce que si c’est la révélation orale qui devait interpréter la révélation écrite, alors laissez-moi vous dire qu’il va y avoir des erreurs.

    Regardez un exemple très précis : C’était un exercice qu’on faisait quand on était jeune dans le scoutisme. On se mettait en rond à 10 personnes, et le chef de file communiquait à quelqu’un un message qui devait parvenir jusqu’au dernier. Déjà la 2ème personne avait déformé au moins une lettre et finalement quand le message arrivait au dernier, tout le monde se mettait à rire car le message était transformé. Vous voyez, c’est une réalité cela.

    C’est pour cela que Dieu n’a jamais voulu transmettre oralement, comme on l’a prétendu.

    Alors on nous dit, oui c’était oral, la preuve c’est que Moïse lui-même a transmis oralement. Comment aurait-il su ce qui s’est passé dans la création du monde, car vous vous rendez compte qu’il a écrit les 5 livres de Moïse, et il les a écrits parce qu’il a eu la tradition orale. Et bien je crois que Moïse aurait complètement faussé le plan de Dieu si ça avait été une tradition orale.

    Moi ce que je crois et ce que nous, nous croyons avec l’Ecriture, c’est que Moïse a eu la révélation de Dieu directement de tout ce qui s’est passé et c’est pour cela que nous avons une Bible sûre, et il en est de même pour tous les autres livres de la Bible parce que c’est la Parole de Dieu révélée qui nous est parvenue.

    En tout cas je remarque que les Pharisiens qui, pourtant, prétendaient croire à toute la révélation, et bien, dans la révélation, il y avait aussi l’annonce du Messie. Et bien ces pharisiens étaient les premiers opposants au Seigneur le Messie. Comment cela peut-il arriver ? Et bien, tout simplement, quand on a une idée faussée dans la tête, c’est difficile d’en démordre.

    Ils avaient décidé que le Messie qui viendrait serait conforme à leurs pensées à eux. Et ils ont oublié de vérifier si Dieu était d’ accord avec eux.

    Il nous faut faire attention à ce que Dieu disait : «  vos pensées ne sont pas mes pensées et vos voies ne sont pas mes voies. » Il ne faut pas déformer la pensée du Seigneur, nous ne sommes que des créatures humaines, Dieu est Dieu ! Quelquefois Il prend des voies qui nous étonnent ! Ça ne nous regarde pas, nous, nous devons obéir à Dieu tout simplement.

    -  »« Ah Seigneur ! On est pas d’accord avec Toi, on va voir ça autrement ».

    C’est ce qui arrive au peuple d’Israël, on a faussé le plan de Dieu. Alors vous comprenez la colère du Seigneur quand Il a dit : « vous avez annulé la Parole de Dieu au profit de votre tradition ».  Comme c’est vrai ! Comme c’est vrai ! Si vous voyez parfois comment je suis affolé quand je regarde dans un journal, par exemple « tribune juive », où on vous dit

    «  Alors Moïse a dit un jour à des anges qui le visitaient ceci et cela… » .

    Je regarde dans ma Bible et je ne trouve pas ça, d’où ça vient ? Une invention ! un rabbin un jour s’est mis à déclarer que Moïse a reçu un jour la visite d’un ange et qu’il a dit ceci et cela. Si ce n’est pas écrit, c’est donc une déformation ! Alors on oublie ce qui est écrit dans l’écriture et on va inventer des choses qu’un cerveau un petit peu fécond a créé. Voilà malheureusement le grand malheur !

    Et c’est pour cela que ces pauvres pharisiens étaient tellement sûrs que le Messie qui viendrait serait un Messie de gloire, qui les justifierait et qui ferait d’eux des élites, alors que le Messie a fait tout le contraire pour eux et surtout Il leur a dit : « Pharisiens hypocrites vous avez annulé la Parole, vous en trouvez un autre pour en faire un prosélyte alors que vous en faites un fils de la géhenne. »

    On peut comprendre combien ils étaient furieux, hein ? On n’aime pas beaucoup les insultes. Mais cela, ce n’était pas une insulte, c’était une vérité ! Eux ils ont insulté le Seigneur, mais Lui Il leur a dit des vérités qu’ils ne voulaient pas accepter.

    Donc on peut dire qu’un pharisien, c’est quelqu’un qui a voulu mettre la tradition à la place des écritures.

    Et malheureusement aujourd’hui tout le judaïsme est orienté par les pharisiens. Aujourd’hui on peut dire que le pharisaïsme a envahi tout le peuple d’Israël, une grande partie en tout cas ; c’est vrai qu’il y a une fraction qu’on appelle les libéraux, c’est une autre catégorie.

    Avec les pharisiens il y avait aussi les Saduccéens. Et qui sont les Saduccéens ? C’est le parti du grand prêtre à l’époque de Yéchoua , car le grand prêtre n’était pas pharisien, il était Saduccéen. Vous connaissez le défaut des Saduccéens ? C’était tout à fait l’opposé. Les pharisien croyaient à l’écriture, mais après l’avoir contrôlée par eux-mêmes et l’avoir arrangée à leur sauce. Les Saduccéens, eux, étaient des rationalistes qui ne croyaient pas à toute l’écriture. Par exemple ils ne croyaient pas à la résurrection des morts, ils ne croyaient pas aux anges.

    Alors, comment croire au Messie après ça !

    Vous comprenez pourquoi le grand sacrificateur qui était un sadduccéen, ne s’est même pas dérangé quand il est allé dire à Hérode qui le lui avait demandé « Et toi Béthléem, de toi sortira pour Moi etc… »

    Il a dit l’endroit, il n’est pas allé voir. Parce que pour eux ce sont des enfantillages, ça n’existe pas, pensez-vous ! c’est une idée ! ça n’existe pas !

    Voilà le résultat, il a manqué le coche, il a manqué l’arrivée du Seigneur et c’est bien dommage pour lui. Et plus tard les mêmes souverains sacrificateurs vont le conduire à Golgotha et vont se dresser contre le plan de Dieu et vont périr misérablement. Donc les Saduccéens est le parti du Grand Prêtre à l’époque de Yéchoua, c’étaient donc des rationalistes qui ne croyaient pas toute l’écriture et qui cherchaient surtout à composer avec l’occupant romain, car ils ne voulaient pas avoir d’histoire.

    Et s’il fallait sacrifier Dieu, pas de problème ! La preuve c’est que vous vous rappelez le souverain sacrificateur qui a prophétisé sans le savoir, il a dit quelque chose qui était dans son cœur, il a dit : «  il est bon pour nous, pour ne pas que tout le peuple périsse, pour ne pas que les romains nous tuent, de sacrifier cet homme là ! » Vous voyez que c’était le plan de Dieu, mais cela montrait l’état d’esprit qui était le sien.

    Alors que normalement les juifs auraient dû réagir, comme d’ailleurs, aujourd’hui, les soldats le font dans l’armée de Tsahal par exemple, si un des leurs tombe, et bien ils sont prêts à se faire tuer tous pour ramener celui qui est tombé pour le ramener dans les lignes.

    Pourtant là, le souverain sacrificateur a dit : « sauve qui peut, sauve qui peut, évitons de mourir, vaut mieux tuer celui-là comme ça nous on évite de mourir ». Alors que dans Tsahal on dira : « plutôt mourir tous, mais si on peut sauver cet homme là et bien on le sauvera ». Même derrière les lignes ils envoient des hélicoptères et des avions etc.. Et on risquait la mort pour aller arracher même un mort ! rien que pour ramener son corps.

    Les Saduccéens, eux, étaient des gens qui cherchaient à composer avec l’occupant romain. On peut les apparenter aujourd’hui avec une autre catégorie de juifs qui existe, les libéraux. Les libéraux ne se montrent pas trop et arrangent aussi la Bible à leur manière.

    Puis il y a une 3ème catégorie, c’était les Hérodiens. Le Seigneur en a parlé des Hérodiens. Les Hérodiens étaient des gens partisans d’Hérode, le soi-disant roi juif, en réalilté c’était un roi qui était en partie juif mais n’avait rien d’un croyant en Dieu, il ne croyait même pas et faisait un semblant de religion. Alors ces Hérodiens étaient partisans que Rome prenne une grande place, c’est pour ça qu’on les appelait les Hérodiens. La religion n’avait qu’un sens relatif pourvu que Rome puisse avoir toute la place dans la Judée qui était d’ailleurs occupée par les romains.

    Et c’est des Hérodiens dont le Seigneur a dit qu’ils étaient comme des renards etc..

    Il y avait un autre parti qu’on appelait les Zélotes. Les Zélotes, on les appelait aussi les Sikères. C’était un parti mystico-politique, comme il y en aujourd’hui encore. Ils pensaient qu’on pouvait allier la politique avec le mysticisme de Dieu et qui avaient pensé : « Nous voulons le Messie qui combatte pour nous. » Et je crois qu’en faisaient partie quelques disciples du Seigneur. Par exemple l’apôtre Pierre, vous avez vu que Pierre avait une épée.

    Les sikères, les zélotes donc, étaient renommés, ils avaient un poignard, comme une courte épée qui était cachée dans le vêtement. Et dès qu’ils avaient l’occasion de tuer quelqu’un ils le faisaient avec ce poignard. Et d’ailleurs Pierre avait cette épée, il faisait peut-être partie des zélotes à ce moment-là. Il n’avait pas encore bien compris les choses, que celui qui emploie l’épée périra par l’épée, et c’est ce que le Seigneur lui a dit. Pierre a sorti l’épée et a coupé l’oreille de Malchus.

    Vous ne trouvez pas qu’il y a des gens aujourd’hui qui ont toujours une épée, il ne l’ont pas à la main mais dans la bouche et sont toujours en train de couper les oreilles des autres. Ils sont zélés mais c’est un zèle amer, ce n’est pas le vrai zèle. Ils voulaient installer le royaume messianique par la force et vous voulez qu’on compare aujourd’hui ? En Israël, il y a un parti qui a décidé qu’il fallait détruire tous les chrétiens, détruire tous les arabes et finalement je me demande qui ils ne veulent pas détruire et s’ils ne veulent pas se détruire eux-mêmes. C’est le parti du rabbi Kahan’ qui est du terrorisme. Il a dit :  » Ici en Israël nous devons tuer tous les chrétiens et tuer tous les arabes« .

    Si on regarde l’histoire, on s’aperçoit que le zélotes se sont détruits eux-mêmes et dans la grande bataille de Jérusalem en l’an 70, ils en étaient arrivés à se tirer l’épée entre eux et se sont détruits les uns les autres. La Bible dit : » si vous vous mordez les uns les autres, vous serez détruits les uns par les autres « .

    Vous remarquez que ça ne change pas, nous sommes toujours aux mêmes époques. Dans le judaïsme comme dans le christianisme on retrouve les mêmes éléments ! les mêmes choses, les mêmes défauts !

    Il y a encore une autre catégorie qu’on appelle les Esséniens. C’était une secte qui rejetait le grand prêtre, ils ne voulaient pas obéir au grand prêtre et vivaient une vie ascétique et monacale, ils avaient décidé d’une séparation d’avec les femmes. Les pauvres femmes, elles sont toujours dans les problèmes avec les hommes ! -Il y a les monastères, comme vous le savez, de nos jours-.

    Connaissance du Judaîsme pour une approche messianique, par Paul Ghénnassia

    Ils ne voulaient pas s’approcher des femmes et ni de s’approcher des gens de Jérusalem qui étaient d’après eux corrompus, ils ne fallait pas s’approcher des autres juifs qui étaient en dehors de leur voie. Il n’y avait qu’eux les esséniens qui étaient les purs, les grands purs, les Hassidim ou les Tsadikim.

    Est-ce qu’aujourd’hui on ne les voit pas ? Les Hasidim et les tsadikim avec leurs papillotes et leur grand air inspiré….

     

    Vous voyez comment on tombe dans des travers terribles sous prétexte de religion et pourtant ils n’hésiteraient pas à vous détruire s’ils le peuvent. Je me rappelle de ces Hassidim et ces tsadikim qui sont venu un jour me faire des histoires à l’assemblée de Paris rue Saint Maur, ils nous ont menacés en disant que nous n’étions pas des juifs et que nous n’avions rien à faire. Et quand ils ont vu que ça ne réussissait pas, ils ont commencé à faire des petites réunions de prières le soir et prier contre nous, et quand ils ont vu que ça n’avait pas de résultat, un jour il nous ont fait parvenir une carte dans laquelle ils disaient : « Ghénnassia, tu vas sauter toi et toute ta bande avec toi, on a mis une bombe. »

    Alors le dimanche matin quand j’ai lu la carte j’ai dit à tout le monde:  "n va sauter de joie , il y a une bombe aujourd’hui." On a jamais vu cette bombe exploser mais on a explosé de joie ce jour-là!

    Vraiment ils ont dû être en colère les pauvres, ces Hassidim, ces religieux. Ne vous étonnez de les voir rappliquer ici un jour. Qu’est-ce que vous voulez mes amis, les esséniens, ils sont encore là aujourd’hui.

    Ces Esséniens avaient une qualité, ils avaient caché la parole de Dieu et nous la retrouvons aujourd’hui. Mais également ils avaient des oeillères comme encore aujourd’hui.

    Il y a encore une autre catégorie, je vous ai parlé des saduccéens et je vous ai dit qu’à la tête d’Israël il y avait un souverain sacrificateur et il faisait partie de la secte des saduccéens. Mais n’oubliez pas qu’il y avait un collège qui prenait toutes les décisions en Israël et ce collège s’appelait le Sanhédrin. Le Sanhédrin était composé de 70 personnes plus le souverain sacrificateur. Le Sanhédrin était composé en partie de pharisiens, en partie de Saduccéens.

    Or savez-vous ce qui s’est produit dans le procès contre Yéchoua ?

    Connaissance du Judaîsme pour une approche messianique, par Paul GhénnassiaLe procès a eu lieu à une heure qu’il ne fallait pas, en pleine nuit, et on n’a pas convoqué les 70 personnes. Il y en a qui ne savaient même pas, Joseph d’Arimathée ne savait pas, on ne l’avait pas convoqué. La décision de la mort de Yéchoua a été prise à toute vitesse, on les a mis devant le fait accompli.

    Et c’est pour cela que Joseph d’Arimathée qui était un messianique dans son cœur a réagi comme vous le savez. Et même Gamaliel, le grand Gamaliel était pour ainsi dire avec son cœur avec les messianiques et ce Gamaliel a dit quand on a accusé les apôtres : « comment peut-on faire quelque chose contre ces gens là sans les entendre… ». On l’a presque traité de messianique.

    Cela fait pas mal de catégories, ça en fait 7, et il y a maintenant une 8ème catégorie que l’on appelle les messianiques.

    Il faut quand même en parler de ces messianiques non ? Vous savez quel est leur nom en réalité ? On les appelait et aujourd’hui encore on les appelle encore de la même manière : Mahaminim. Dans le talmud quand on veut parler de certains hérétiques on les appelle des minim c’est « des riens du tout ».

    Mahaminin « vient du mot Amen qui veut dire vérité », « les croyants de la vérité ». Et jusqu’à aujourd’hui les messianiques s’appellent entre eux « les mahaminim » c’est à dire des gens qui ont la vérité et la foi. Et c’est tout à fait l’opposé des juifs religieux. À Jérusalem on les appelle les Datim.

    Il y a les mahaminim qui sont les croyants messianiques et les Datim qui sont ces religieux qui font des histoires et des problèmes en Israël. Voilà toutes les catégories de gens qui existaient à ce moment là.

    Et vous voyez mes amis que nous ne sommes pas gâtés parce qu’ au fond ils ne sont pas tous morts, ils sont toujours ici.

    Je veux dire par là qu’au milieu de tout cela, il n’y a qu’une catégorie, c’est les messianiques, parce qu’ils veulent marcher avec foi et avec vérité. Ils ont compris qu’il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes. Et que si Dieu prend des décisions qui sont différentes à nos pensées, ce n’est pas nous qui avons raison, c’est Dieu qui a raison.

    Maintenant il faut dire comment la Bible s’est transmise.

    Nous savons tous que la Bible est composée de 39 livres dans l’ancienne alliance et 27 livres dans la nouvelle alliance. Nous préférons le mot alliance à testament. Car testament signifie que quelqu’un est mort, or si ceux qui les ont écrits sont morts, Dieu est vivant et Yéchoua est toujours vivant et ressuscité.

    Ça fait 66 livres qui nous appartiennent et qui sont notre héritage.

    Dans l’ancienne alliance, il y a 3 parties :

    La Torah, c’est à dire les 5 livres de Moïse, les Névihim c.a.d. les prophètes, et les Khétouvim (quétouvim) c.a.d. tous les autres écrits. Cela faisait 3 parties. On en a fait un nom qui est la contraction des 3. Le Te ou Ta de Torah, Na de navihim, et le Kh de Khétouvim. Ce qui fait TenaKh (le kh est adouci comme le Hêt’ se prononce comme un « R » mais sec) (ça se prononce Tenar ou tanar).

    Donc les 3 initiales : T N K A FAIT TENAKH .

    C’est pour cela que quand les juifs font référence à l’ancienne alliance, la Bible, ils disent : le TenaKH. Et quand ils vous disent est-ce que vous avez lu le TenaKh il faut savoir de quoi il s’agit. Si vous répondez : »J’ai lu l’ancienne alliance » , c’est parce que vous ne comprendrez pas ce à quoi il fait référence. Mais c’est le même livre.

    Rappelez-vous que le Messie a dit à ses disciples ces paroles dans Luc où Il fait référence à ces 3 parties ; souvent on n’a pas compris ce que cela signifiait et pourtant c’était très clair quand on sait que l’ancienne alliance se divise en 3 parties comme cela. Vous savez que du temps de Yéchoua il n’y avait pas d’autre Bible que celle-là c.à.d. l’Ancienne Alliance, la nouvelle Alliance a été écrite après.

    Lisons dans Luc 24 :44 ce que dit le Messie à ses disciples après Sa Résurrection :

    « Il leur dit : c’est là ce que Je vous disais lorsque J’étais encore avec vous, qu’il fallait que s’accomplit tout ce qui est écrit de Moi dans la Loi de Moïse (Torah) dans les prophètes (Névihim) et dans les psaumes (c’est sous entendu avec tous les autres écrits Kétouvim) » a

    Autrement dit Yéchoua leur a dit « qu’il fallait que s’accomplit tout ce qui est écrit de Moi dans la Torah, les névihim et les kétouvim ». Alors Il leur ouvre l’esprit pour qu’ils comprennent les écritures. Et Il leur dit « ainsi il est écrit que le Messie souffrirait, qu’Il ressusciterait des morts le 3ème jour, que la repentance et le pardon des péchés seraient prêchés en Son Nom à toutes les nations à commencer par Jérusalem. » .

    Les 3 parties sont donc mentionnées ici par le Messie. Et eux ils ont compris de quoi Il leur parlait : Torah, Névihim, kétouvim.

    Ainsi il y avait l’enseignement écrit. Par dessus cela on a rajouté et on avait déjà commencé à l’époque, l’enseignement oral qui va devenir le Talmud et dont nous allons voir de quoi il est composé. Le Talmud c’est le véhicule de la tradition juive orale. Selon eux la Torah écrite est inapplicable s’il n’y a pas la torah orale. Torah signifie « enseignement ». Vous vous rendez compte ? Ce qui y est écrit est inapplicable s’il n’y a pas la révélation orale.

    Autrement dit, tout ce que Dieu dit n’a pas de valeur et ne peut pas être appliqué si les hommes n’ont pas décidé que ça doit s’appliquer. Quelle folie !

    Comment la torah orale s’est elle propagée ? Comment cela a-t-il commencé ? En 587 avant la venue du Messie Yéchoua, le temple de Salomon a été détruit et le peuple juif a été déporté à Babylone. Il fallait maintenir la vie juive en exil en l’absence du Sanctuaire. Alors va commencer une certaine catégorie dont je n’ai pas encore parlé, les Sophérim, les scribes qui étaient chargés d’écrire les rouleaux.

    Vous avez remarqué que le Seigneur a eu affaire à 3 sortes de gens qui étaient contre Lui : Les Pharisiens, les Saduccéens et les scribes. Et les 3 s’entendaient très bien. Ces Sophérim étaient chargés d’écrire, mais ils étaient surtout les spécialistes d’écrire la tradition et d’interpréter à leur manière.

    On pourrait comparer ces Sophérim à certaines écoles théologiques, attention il y a de bonnes écoles bibliques qui enseignent la Parole de Dieu et qui vivent dans une atmosphère spirituelle, ça c’est très bon, on a rien à dire. Mais dans certains milieux du protestantisme, du haut catholicisme et du haut judaïsme, on forme des rabbins, des prêtres ou des pasteurs avec une espèce de connaissance qui vient de toutes sortes d’enseignements humains.

    Quand ils y sont entrés ils avaient la foi, et quand ils en ressortent ils n’ont plus de foi du tout !

    Ils ne croient même plus en ce qu’ils annoncent, souvent c’est arrivé. Il y a aujourd’hui des rabbins qui ne croient plus à ce qu’ils disent, ils le font par habitude, et des pasteurs aussi. Alors là on pourrait les comparer à ces Sophérim-là ; c’est à dire ces gens qui écrivaient, qui ont été les fondateurs de la synagogue et deviennent les traducteurs de la Torah écrite et ils enseignent même la torah orale.

    Autrement dit, c’est eux qui étaient chargés d’écrire la Torah écrite, ils devaient la transmettre mais ils n’oublient pas d’y ajouter la torah orale, ce qui va donner le talmud dont nous allons parler.

    Le Talmud. Qu’est-ce que c’est que le Talmud ?

    Tout le monde a entendu parler de cela, moi je vous dirai que chaque fois que j’en ouvre un, j’ai tout de suite le mal de tête. C’est terrible, c’est vrai, il n’apporte rien, j’ai beau essayer de comprendre, je n’y arrive pas ! Je demande au Seigneur : « aide-moi », mais Il ne m’aide pas pour comprendre le Talmud !

    Le Talmud il n’y a rien à faire, ça me donne des maux de tête parce que le Talmud en réalité, c’est un livre qui a été composé au fil des siècles à partir des écoles d’enseignements par des rabbins très renommés et du sanhédrin qui étaient composé comme vous le savez de 71 membres (70 + le souverain sacrificateur). Les maîtres qu’on appelait des rabbis, maître veut dire rabbi, les maîtres de la Torah ont ajouté leur enseignement oral et des explications à tous les textes de l’écriture, si bien que finalement, comme a fait la remarque le Seigneur : « Vous avez annulé la Parole de Dieu par vos enseignements à vous ».

    Après la destruction du temple en l’an 70, il va y avoir 2 maîtres qui vont aider à la constitution de ce Talmud qui n’existait qu’en embryon, c’était simplement les récits des uns et des autres ajoutés comme ça, l’un s’appelle rabbi Akiba et l’autre s’appelle rabbi Méir c’est eux qui vont collecter et classer les notes personnelles de leurs élèves. Vous avez remarqué dans une école biblique de ce type-là, ils vont commencer à classer et collecter les notes de leurs élèves.

    Ce sont ces notes-là qui vont au 3ème siècle être collationnées par rabbi Juda. On le surnommait  » le saint ». Il va ordonner 61 traités qui vont être regroupés en 6 séries et ensemble vont devenir la michna. La michna, c’est à dire l’enseignement à répéter, est donc ajouté à la Parole de Dieu. Ce qui sera d’ailleurs un abrégé de la torah orale et qui va être destinée à être apprise par cœur, car il fallait que les étudiants apprennent par cœur cela, qui n’était pourtant pas la Parole de Dieu. Les langues courantes que l’on employait à ce moment-là c’était l’hébreu et l’araméen.

    Au fil des ans, on va s’apercevoir que le texte de la michna était trop condensée, alors on va mettre par écrit les commentaires et les discussions que la michna avait provoquées. Donc vous vous rendez compte qu’au fil des ans, quelqu’un a pris un passage de l’écriture par exemple :

    ‘« au commencement Dieu créa les cieux et la terre ».

    Alors à partir de ce verset quelqu’un va commencer à dire : « Oui mais avant que la terre n’existe il y avait ceci et cela », un autre va dire : «  oui mais Dieu n’a pas créé la terre de cette manière ». Alors ça fait déjà 2 commentaires. Ces gens-là vont mourir, d’autres vont venir, vont discuter le passage dans les écritures et vont discuter aussi sur les commentaires et finalement ils vont remettre encore autre chose et quand on arrive 500 ou 600 ans plus tard, on s’aperçoit que le texte : «  au commencement Dieu créa le ciel et la terre », a disparu et on ne trouve plus que les enseignements des rabbins qui se contredisent les uns les autres. Finalement quand quelqu’un a lu, il ne sait plus ce que cela veut dire. Il y a 6 opinions différentes et le texte des écritures a disparu.

    Voilà où on en arrive quand on commence à vouloir enseigner Dieu au lieu de le laisser nous enseigner Lui-même.

    Après la michna on a créé la Guémara, elle va être le complément de la michna et l’ensemble des 2 va constituer le Talmud. Le Talmud veut dire un enseignement, ce sont les matériaux pour l’étude. Ainsi le Talmud a malheureusement pris la place de l’écriture dans la vie juive. La plupart des juifs ignorent ce qui est écrit dans les Ecritures, parce qu’on leur dit :  » Vous ne pouvez pas analyser l’écriture si ce n’est par le Talmud« .

    Donc on est obligé d’étudier dans les Yéchivot’ c-à-d. les écoles le Talmud et l’Ecriture est mise de côté, on en parle plus. C’est donc les hommes qui ont interprété la pensée de Dieu et on doit croire ce que les hommes disent et non pas ce que Dieu a dit.

    Savez-vous qu’il n’y a pas 1 Talmud mais 2 Talmud !

    Vous avez le Talmud de Jérusalem qui a été terminé au 4ème siècle et vous avez le Talmud de Babylone qui a été fini au 6ème siècle. Le Talmud de Babylone a été fait dans la diaspora (dispersion des juifs) et il est beaucoup plus volumineux. La guémara a été rédigée en araméen. Les maîtres, les rabbis qui enseignaient la michna et le Talmud on les a appelé les Tanaïm, c.a.d. les enseignants, les maîtres supérieurs qui avaient le droit bien sûr de faire passer leur pensée la première. Puis ceux qui ont écrit la Guémara sont appelés des Amoraïm c.a.d. des interprètes. Alors les enseignants ont le droit de dire ce qu’ils veulent et les interprètes vont interpréter ce que les enseignants ont dit.

    Enfin ceux qui rédigeaient le texte définitif on les appelle les Saboraïm c.a.d. les techniciens.

    Et ainsi vous avez à faire à 3 sortes de saboteurs qui vont vraiment saboter l’Ecriture.

    Et voilà où nous arrivons aujourd’hui, le peuple d’Israël ne sait rien de ce qui est écrit dans l’Ecriture.

    Le message du Talmud va se présenter sous 2 formes : la Halaka c-à-d. la marche à suivre concernant les prescriptions légales et ces prescriptions légales sont terribles : ne fais pas, ne goûte pas, ne touche pas, rien que des interdits. On ne sait plus si on le droit de bouger dans quoi que ce soit d’ailleurs ! Tellement ils ont mis des barrières de tous les côtés et qu’on ne trouve pas dans la Bible ! Mais ce sont les hommes qui ont ajouté ça au fil des siècles, chacun y a mis son petit grain de sel et du sel qui a perdu de sa saveur car il n’y a plus rien de l’écriture.

    Si la Halaka sont les prescriptions légales par exemple la vaisselle, il ne faut pas manger dans n’importe quelle vaisselle, il faut changer de vaisselle si c’est la vaisselle de la viande et si c’est celle des aliments à base de lait, ce sont 2 services de vaisselle différents. Cette tradition vient de ce qu’il ne faut pas, disent-ils mélanger la viande et le lait.

    Alors ils sont mieux que Dieu Lui-même ! Parce que figurez-vous que les 3 anges qui sont venus parler à Abraham, parmi ces 3 il y en a un qui est Dieu Lui-même qui va se mettre à parler avec Abraham qui Lui dit : Seigneur, Adonaï ,veuille rester ici et je vais aller vite te préparer un agneau et les hommes en question disent oui nous restons ici. Abraham va vers Sara et lui dit vite prépare un Agneau avec du lait et les hommes en question ont mangé !

    Quelqu’un va dire: «  oui mais il y a quand même un passage où Moïse a dit : Tu ne cuiras pas le petit dans le lait de sa mère ». Et c’est sur ce passage qu’il y a toute une Halaka d’interdiction tout un mélange et en Israël, c’est draconien cette histoire-là. Alors que ce passage est simple et tellement clair.

    « Tu ne cuiras pas le petit dans le lait de sa mère »

    Ça veut dire tout simplement ceci : tu ne peut pas manger un veau tant qu’il est petit et est encore au lait de sa mère, il faut attendre qu’il devienne adulte pour consommer cette viande. Ce qui est naturel d’ailleurs.

    Je me souviens une fois, on avait conduit un groupe en Israël , nous avions 120 personnes avec nous. Dans ce groupe que nous avions, on est allé manger a Massada, il y en a qui n’ont pas voulu aller manger au restaurant et d’autres qui sont venus. Il y avait dans le car un groupe de jeunes, et ils n’avaient pas beaucoup d’argent ils avaient pris des sandwiches au fromage car on ne mélange pas dans le pain non plus. Donc ils prennent ces sandwiches au fromage dans leur sac et à midi nous nous arrêtons dans un restaurant et ils ont tirés leur sandwiches de leur sac.

    Le patron est venu en courant en disant

    - « sortez dehors, sortez dehors ! ».

    Alors je m’approche et je lui dis :

    « mais monsieur, écoutez, ces gens-là ne peuvent pas vous acheter de la nourriture, mais nous sommes quand même 120 personnes de notre groupe qui ont mangé ici, vous pouvez bien faire place à ces jeunes gens. »

    Il me répond

    « non ce n’est pas pour ça, ça n’a pas d’importance ! mais vous vous rendez compte qu’ils sont en train de manger dans leurs sandwichs du beurre et du fromage à côté de gens qui mangent de la viande ! Vous ne vous rendez pas compte du scandale ! »

    Je lui réponds :

    « Monsieur, voyons, soyez raisonnable, en quoi ils vous touchent ? en quoi ils vous font du mal ? »

    Il me répond

    « Mais ce n’est pas ça ! Les rabbins vont me faire fermer mon établissement ! »

    Et c’est vrai qu’ils ont le bras long, vous savez, pour faire fermer un établissement. Mes amis, voilà, et c’est un drame en Israël. Si vous allez manger en Israël et que vous mangez de la viande, ne demandez pas du fromage après ça, parce qu’alors vous allez vous faire jeter.

    Vous voyez, des traditions faites par des hommes dans lesquelles il n’y a rien de Dieu !

    Et c’est pour cela que nous tombons tous dans les mêmes hérésies et les mêmes erreurs. Il faut s’en tenir à la parole de Dieu. Il ne faut pas interpréter la Parole de Dieu !

    Je vous ai cité le judaïsme mais on pourrait citer un autre cas. Je me rappelle d’un frère chrétien, qui est venu avec nous en Israël, et il a été scandalisé de nous voir prendre des photos. Alors je lui dis :

    - «  mais qu’est-ce qu’il vous arrive ? pourquoi ça ? »

    Il me répond :

    « il est écrit tu ne te feras aucune représentation ! »

    Je lui dis :

    « mais qu’y a t-il écrit ensuite ? tu ne feras aucune représentation des choses qui sont dans le ciel, ça veut dire tu ne représenteras pas Dieu ! Je suis d’accord, mais prendre une photo d’un individu ce n’est pas Dieu non ? »

    Et bien pour lui il ne fallait pas prendre de photos ni de caméra, ni rien du tout ! Et voilà exactement comment on en arrive là ! C’est pourquoi, il faut que le Seigneur élargisse les pensées, qu’Il nous donne une vision large, que nous ne soyons pas avec des œillères : attention à celui il fait ça ! Si on s’accusait soi-même, on n’aurait même plus le temps d’accuser les autres. Alors frères et sœurs, je vous en prie réalisez bien cela. Ce n’est pas pour rire mais c’est pour montrer la bêtise des êtres humains.

    Dans le judaïsme, ils ont faussé complètement le judaïsme.

    Il y a une femme, Mme Cohen qui est venue me voir cet après midi et m’a dit :

    « Monsieur, j’ai été révoltée contre le judaïsme parce que je n’ai rien compris. Je suis allée trouver des rabbins en leur demandant de m’expliquer quelque chose et ils m’ont répondu : ne vous approchez pas de moi, Madame ! parce que les femmes n’ont rien à apprendre ! »

    Mais même un homme qui s’approche d’un chef religieux pour lui demander des explications peut être ainsi rejeté ! À une autre personne un rabbin a demandé plusieurs jours de délai pour lui répondre ! Et il n’a jamais répondu car il n’a jamais trouvé la réponse. Ne soyons pas sectaires, mais soyons des gens qui regardons l’Ecriture, qui cherchons la volonté de Dieu, qui désirons faire ce que Dieu a dit, mais pas avec sectarisme. Regardez, le Messie, Il s’est approché de tous ceux qui avaient besoin de Lui, hommes et femmes ! Même la samaritaine était offusquée :

    « Comment ! toi un juif tu t’approches de moi  qui suis une femme ? »

    Et le Seigneur lui montre que justement Il est venu, non seulement pour les femmes, non seulement pour les juifs mais pour les samaritains et pour tout le monde. Il était venu pour lui apporter la grâce comme Il veut l’apporter à chacun d’entre nous. Vous savez, le Seigneur a dit :

    «  on vous fera comme vous avez fait aux autres. »

    Alors si nous ne voulons pas être mal jugés par les autres, commençons à ne pas juger les autres mais au contraire à comprendre leur état d’esprit pour les aider à leur faire comprendre et en même temps à les faire profiter de la liberté que nous avons reçu nous-même dans le Nom du Messie béni qui a accompli tout ce qu’il faut pour nous. AMEN !

    Merci Seigneur pour ces enseignements, Tu montres encore une fois combien l’homme, l’être humain, a tendance à vouloir toujours changer les plans que Tu as fixés Toi, pour l’adopter à sa manière et selon sa pensée. Seigneur nous voulons être obéissants nous rappelant qu’il est écrit : Que le Messie Lui-même a appris l’obéissance par les choses qu’Il a souffertes.

    Et si le Messie, Fils de DIEU,  Dieu Lui-même, a appris l’obéissance alors combien devons-nous nous-même apprendre à obéir à Ta Volonté, non pas celle des hommes mais à celle de Dieu. Car il vaut mieux obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes. Le vœu de mon cœur et ma prière à Dieu pour les enfants d’Israël, mes frères, c’est qu’ils soient sauvés. Permets Seigneur qu’ enfin le peuple d’Israël ait les yeux ouverts, les oreilles ouvertes et qu’il puisse entendre enfin Ta Parole telle qu’elle est par la voix de la ShéHina Ton Esprit, au moyen d’hommes et de femmes qui ont réellement trouvé la Vérité afin qu’ils ne soient plus trompés et ne soient plus conduits dans un chemin d’erreurs.

    Au Nom de Yéchoua qui vient bientôt. Amen.

    2ème partie

    Il est malheureux que beaucoup d’entre nous qui nous intéressons au peuple d’Israël et qui prions pour eux, quand on est confronté à un rabbin ou à quelqu’un qui connaît bien la tradition, alors on ne sait plus quoi répondre. Combien de fois j’ai vu des frères et des sœurs me dire : « Que faudrait-il dire dans ce cas-là ? « 

    Je crois que nous manquons d’information. Vous savez quand aujourd’hui, dans les pays, par exemple le bloc de l’ouest et le bloc de l’est, quand ils savent que les autres en face peuvent devenir un jour des ennemis, alors ils essayent de savoir ce qu’ils pensent, ce qu’ils font pour pourvoir s’instruire et ainsi préparer une riposte.

    Nous n’avons rien contre le peuple d’Israël bien au contraire, puisque nous aimons notre peuple et nous voulons les sauver, mais nous croyons malheureusement que le judaïsme depuis 2 000 ans a complètement faussé le plan de Dieu. C’est une tragique méprise pour le peuple d’Israël, une tragique erreur qui a causé des dégâts très importants.

    Alors nous voulons corriger cela, nous juifs messianiques nous voulons remettre les choses dans leur plan prophétique pour bien montrer la valeur d’un judaïsme messianique et non pas d’un judaïsme rabbinique.

    Jésus, Yéchoua était d’un judaïsme messianique selon la Parole de Dieu.

    Nous ne voulons plus que nos frères continuent dans leurs tromperies. Nous voulons donc remettre les choses en place pour nos frères juifs messianiques, pour aussi les juifs du judaïsme rabbinique pour qu’ils reprennent et retrouvent les vérités mais nous voulons aussi que les chrétiens sachent au moins ce que représente ce dont ils sont issus car le christianisme est issu d’Israël.

    À force de voir tellement d’erreur des rabbins, ils disent on a plus rien à faire avec les juifs, plus rien à faire ! C’est une erreur ! Nous avons toujours à faire avec le peuple d’Israël dont toute la Bible parle. Seulement il y a Israël et Israël ! Ne sont pas Israël tous ceux qui descendent d’Israël. Ce n’est pas moi qui dit ça, c’est l’apôtre Paul. Mais ceux qui deviennent Israël sont ceux qui ont fait une alliance nouvelle avec le Seigneur.

    Si vous vous rappelez bien dans la première partie, j’ai essayé de vous montrer les différents courants religieux au temps du Seigneur. La plupart ne les connaissent pas. Il y avait (je vous fais un rappel) les pharisiens, les Saduccéens, les Hérodiens, les Esséniens, les Zélotes, les scribes, le sanhédrin et les messianiques.

    Cela fait déjà pas mal de monde n’est-ce pas ? Les pharisiens étaient un parti influent, qui croyaient à toute l’Ecriture, d’accord, mais qui l’avaient entourée d’une espèce de haie, si bien que finalement c’était « ne goûte pas, ne touche pas, ne fais pas« , et ce n’était finalement que des notes négatives si bien qu’aujourd’hui on a encore les pharisiens au milieu de nous dans le judaïsme et même certaines fois dans certaine sphères du christianisme.

     

    Connaissance du Judaîsme pour une approche messianique, par Paul Ghénnassia

    D’autre part il y avait aussi les Saduccéens, et eux, ne croyaient pas à toute l’Ecriture, ils croyaient à ce qui leur plaisait et ils arrangeaient ça à leur manière. Ils ne croyaient pas aux anges et à la vie éternelle ni à la résurrection. Ils ne croyaient qu’aux choses matérielles et aujourd’hui je crois que les Saduccéens ne manquent pas aussi (aussi bien dans le judaïsme que dans le christianisme).

    Il y avait aussi les Zélotes, un parti mystico-politique. Leur but, le poignard à la main, on les appelait les « sikères » (Pierre faisait partie de ceux-là certainement car il avait une épée et a d’ailleurs coupé l’oreille de Malchus), ils voulaient d’une manière violente imposer le royaume de Dieu. Si vous regardez bien ; il n’y a pas longtemps des soldats de l’armée d’Israël mystico-politique sont allés en pleine nuit pour faire sauter la mosquée d’Omar. On les a arrêtés à temps car quel scandale ça aurait fait ! Nous croyons bien que le mosquée d’Omar disparaîtra un jour mais ça sera par la Puissance de Dieu les hommes n’ont rien à faire là-dedans.

    Il y avait aussi les esséniens, ils rejetaient le grand prêtre et même la manière de faire le sacerdoce dans le temple à Jérusalem (là je suis d’accord avec eux), ils vivaient confinés entre eux, il ne fallait pas s’approcher des femmes et c’est pour cela qu’il y a une séparation entre les femmes et les hommes. Et si jamais une femme s’approche pour leur serrer la main c’est comme s’ils touchaient le diable ou quelqu’un qui a la gale. Vous vous rendez compte ?

    Dans les sphères chrétiennes on retrouve cela : l’homme c’est celui qui est le grand seigneur et la femme c’est presque quelque chose d’impur.

    Ce qui n’est pas juste parce que le Seigneur a montré que l’homme et la femme sont égaux devant Dieu !

    Il y avait aussi les Hérodiens, ils pensaient qu’il fallait de plus en plus l’influence romaine dans les sphères juives comme cela on s’assimile. Il y en a beaucoup aujourd’hui qui veulent faire disparaître leur origine juive pour être comme les autres. C’étaient des libéraux ouverts à toute la culture grecque, et les libéraux ne manquent pas dans les sphères judaïques et chrétiennes.

    Il y avait aussi les scribes, ils étaient chargés de copier l’écriture et malheureusement ils passaient plus leur temps à copier les écrits des rabbins que les écrits de l’Ecriture. Les scribes, sophérim étaient souvent mélangés aux pharisiens et aux Saduccéens contre le Seigneur. Le Seigneur en a eu des ennemis !

    Il y avait aussi le sanhédrin composé de 70 membres influents de différentes sectes en tout Pharisiens et Saduccéens + 1 c’était le souverain sacrificateur. C’est lui qui avait la dernière parole mais il y avait les 70 qui prenaient les décisions pour le peuple d’Israël. Rappelez- vous que le procès conduit par le souverain sacrificateur, le procès de Yéchoua, a été fait en dépit du bon sens et en dépit de la loi juive. Ça s’est fait en pleine nuit, il n’y avait pas tout le sanhédrin rassemblé et on a fait un jugement qui n’était pas juste.

    Vous voyez quand les hommes commencent à faire leur volonté, ça devient la dictature.

    Et aujourd’hui vous voyez la même chose, combien de fois les gens essayent d’imposer leurs idées dans différents courants religieux.

    L‘ancien souverain sacrificateur et le nouveau souverain sacrificateur faisaient une petite secte à eux 2 pour nommer le nouveau souverain sacrificateur ! Il  avaient leurs petits arrangements à eux ! Ça en faisait des partis tout ça, n’est-ce pas ?

    Et puis enfin, il y avait les messianiques.

    Ils croyaient absolument que Yéchoua était le Messie on les appelait « les méchiHim » et aussi « les mahaminim » c.a.d. des « gens croyants » sous entendu que le mot « croire » vient du mot « foi » et le mot c’est « émèth » en hébreu d’où est sorti « amen » c’est pourquoi on les appelait « mahaminim ».Dans le Talmud on les nomme « les minimes » quelque chose qui n’a pas d’importance?

    Hé bien, Dieu soit béni ! les minimes sont les maximes ! maximus !

    Il y a à peu près 500 000 juifs messianiques à travers le monde et puisse le Seigneur faire que les 16 millions de juifs croient au Messie  qui revient bientôt et nous l’attendons de tout notre cœur ! Rappelez-vous que les mots « méchiHim » qui veut dire messianiques a son contraire « les datim » c.a.d. religieux. Voilà pour le rappel de la première partie.

    Nous allons faire la lecture pour introduire le message de ce soir :

    Josué 1 : 8-9 :  « Que ce livre de la Torah (de la loi), ne s’éloigne pas de ta bouche. Médite-le jour et nuit pour agir fidèlement selon tout ce qui est écrit. Car c’est alors que tu auras du succès dans tes entreprises, c’est alors que tu réussiras. Ne t’ai-Je pas donné cet ordre ? Fortifie-toi et prends courage, ne t’effraie pas, ne t’épouvante pas car l’Eternel Ton Dieu est avec toi dans tout ce que tu entreprendras ».

    Ce livre de la loi (Torah). Les enfants d’Israël ont décidé que les 5 livres de Moïse sont la Torah. En réalité Torah veut dire enseignement et Torah sous entend toute l’écriture, tout l’enseignement de Dieu. C’est pour cela qu’il est écrit : que ce livre de la loi ne s’éloigne pas de ta bouche. Ce n’est pas seulement le livre de Moïse, mais les 66 livres de la Bible qui doivent rester comme l’enseignement. On pourrait même appeler Torah toute la Bible entière, nouvelle alliance comprise !

    Les enfants d’Israël ont pris ce passage au mot et si bien que sans arrêt jour et nuit il y a toujours des enfants d’Israël dans une maison ou un yéshiva (école biblique) qui récitent, qui lisent. Mais ce n’est pas toujours les 5 livres de Moïse mais aussi les commentaires sur les 5 livres de Moïse. Ce n’est plus tout à fait la Parole de Dieu.

    La 2ème lecture dans le nouvelle alliance et c’est Yéchoua qui parle :

    Jean 5 : 45-47 Il parle de la Torah et de Moïse qui a apporté la révélation au peuple d’Israël et voilà ce qu’Il dit :

    « Ne pensez pas que Moi Je vous accuserai devant le Père, celui qui vous accuse c’est Moïse en qui vous avez mis votre espérance car si vous croyez Moïse vous me croiriez aussi parce qu’il a écrit de Moi. Mais si vous ne croyez pas ses écrits comment croirez-vous à mes paroles. »

    Dans la première partie je vous disais qu’il y avait au fond 2 sortes de Torah dans la pensée juive. La torah orale et la Torah écrite. La torah orale est une falsification parce que Dieu n’aurait jamais confiance de donner à des hommes une Torah ou un enseignement de bouche à oreille seulement. Il a toujours voulu que ce soit écrit. Pourquoi ? Tout simplement parce que nous déformons tout ce qui vient de l’homme et de Dieu.

    Si nous n’avions pas reçu quelque chose d’écrit noir sur blanc, nous aurions vite fait de tout transformer. À chaque fois qu’un rabbin parle d’un passage de l’écriture, il fera toujours référence abracadabrante sur, par exemple, Abraham qui aurait dit ceci, ou « Josué a dit cela » et d’autres inventions !

    Moïse, on lui a fait dire beaucoup de choses qu’il n’a jamais dites parce que ce qu’il a dit est écrit dans la Parole.

    Comment peuvent-ils savoir ces choses qui auraient été dites par Moïse ? Moïse inspiré par la révélation de Dieu a écrit les 5 livres de la Torah. Nous croyons à la Torah écrite, à l’enseignement écrit. Donc pour Israël il y a 2 révélations. Et c’est grave. Ils disent qu’on ne peut pas comprendre la loi écrite ou la Bible sauf si on passe par la loi orale c’est qui se dire ainsi : vous ne devez pas croire ce que Dieu a dit, mais il faut croire ce que les rabbins ont dit.

    Vous rendez-vous compte des conséquences ? Ça fait 2 000 ans dans le peuple d’Israël que c’est la confusion et dans tous les enseignements rabbiniques et des juifs que j’ai rencontrés ou que je rencontre, ce n’est pas la bible qu’ils citent c’est toujours ce que le Talmud a dit ou ce que les rabbins ont dit.

    Jamais ce que Dieu a dit parce qu’ils ne savent même pas ce que Dieu a dit.

    Alors c’est grave ! Je vous ai aussi parlé de 2 Talmud, vous voyez la confusion au point que les hommes ont falsifié la Parole de Dieu, ce qui a fait dire au Seigneur Yéchoua : « vous avez annulé la Parole de Dieu par votre tradition. »

    Il était en colère quand Il a dit cela et c’est vrai qu’on a annulé la Parole de Dieu par des traditions d’hommes. Ces hommes-là se sont mis à écrire selon les lubies de leurs têtes, si bien qu’aujourd’hui nous avons 2 Talmud ! Pas 1 mais encore 2 ! Il y a le Talmud de Jérusalem et il y en a un plus gros que celui-là, c’est le Talmud de Babylone. Laissez-moi vous dire que ce n’est plus un livre comme la Bible c’est tout un ensemble de choses dans lesquelles il y a très souvent de la magie et des choses qui n’ont pas de sens parce qu’elles viennent de l’esprit un petit peu excité de certains rabbins.

    Ça n’a rien à voir avec la Parole de Dieu ! Ainsi vous saurez qu’il y a 2 Talmud celui de Jérusalem et celui de Babylone. Maintenant parlons de la Torah. Ce nom Torah est important parce que en réalité, l’ ancienne alliance est un ensemble de 3 parties : la Torah composée de 5 livres qu’on appelle le Pentateuque, les Névihim c.a.d. les prophètes et les kétouvim c-à-d. tous les autres écrits.

    Ça fait 3 parties.

    Regardons les 5 premiers livres : Ils ont été inspirés et copiés par Moïse. Ce qu’il y a de particulier chez les juifs c’est qu’ils ne les nomment pas comme nous les nommons nous. Pour eux le titre du livre est le premier mot de ce livre si bien que pour :

    La Genèse, c’est « Béréchit’ » c-à-d. « commencement » car c’est le 1er mot de la genèse : au commencement.
    L’Exode c’est « chémot’ » c-à-d. « les noms » en effet l’exode commence par : voici les noms
    Le Lévitique c’est « vayiqra » c.a.d. « Il appela » en effet le lévitique commence par : Il appela
    Les Nombres c’est « bamidbar » c.a.d. « dans le désert » en effet les nombres commencent par : dans le désert.
    Le Deutéronome c’est « Dévarim » c.a.d. « les paroles » en effet le Deutéronome commence par : voici les paroles

    Le Deutéronome sont l’exhortation de Moïse et la récapitulation des lois divines et dont la plus important que nous trouvons au chapitre 6 :4 qui est une répétition :

    «  » « ch’ma Israël, Adonaï élohénou, Adonaï éHad’ , écoute Israël l’Eternel notre Dieu l’Eternel est Un. Voici tu le graveras dans ton cœur,… tu te rappelleras,… tu enseigneras…en voyage etc. » »

    Combien la Parole de Dieu est importante. Et c’est curieux de voir le peuple d’Israël qui répète 3 fois par jour le « ch’ma Israël » fait exactement le contraire de cela. Il est écrit

    « tu inculqueras la Parole à tes enfants, tu t’enseigneras la Parole toi-même, tu la graveras dans ton esprit »

    Et tout ce qu’ils étudient, ce n’est pas la Parole de Dieu, c’est la parole des hommes.

    Vous voyez que c’est un véritable malheur ! Et pourtant la Bible dit par Moïse : « malheur à celui qui enlève un mot de ma Parole » et on retrouve les même paroles dans la bouche du Seigneur et dans l’apocalypse. Vous voyez l’importance de la Parole de Dieu.

    C’est pourquoi je crois que c’est bon d’insister pour vous frères et sœurs, nous qui avons la prétention de croire en Dieu et de croire au Seigneur de ne jamais nous séparer de l’écriture et de jamais mettre nos idées à la place de l’écriture, ni les idées des hommes à la place de l’écriture.

    C’est peut-être bon de lire des commentaires et des études, c’est bien, il y des serviteurs et des servantes de Dieu qui ont écrit des choses intéressantes mais toujours : « ta Parole est la vérité !»

    L’enseignement sur la parole de Dieu, les hommes peuvent dire des choses et ça peut être intéressant, mais jamais prendre la parole d’un homme à la place de la parole de Dieu, c’est très important.

    Je vais vous donner des explications intéressantes sur la torah écrite. Cette lecture de la torah se faisait et se fait dans les synagogues. À un moment donné, on va ouvrir un rouleau. Les rouleaux sont rangés derrière un grand rideau de velours rouge (symbole du sang). La lecture se fait dans la synagogue, ce sont des rouleaux de parchemin en peau d’un animal pur, Lévitique chapitre 11 en parle. La peau était et est toujours tannée pour cela, on écrivait pas sur n’importe quelle peau.

     

    Connaissance du Judaîsme pour une approche messianique, par Paul Ghénnassia

    Le texte était écrit à la main avec un roseau et encore aujourd’hui c’est ce que l’on fait encore. Ça n’est pas imprimé c’est écrit à la main avec un roseau ou une plume d’oie et le texte ne comporte ni voyelle ni signe de ponctuation. Dans les bibles en hébreu, il y a eu des voyelles de mises afin de pouvoir prononcer les syllabes, ce sont des petits signes sous les lettres et au-dessus ,il y a des signes qui sont des notes de musique mais je crois que l’on a perdu la connaissance pour se servir de ces notes de musiques.

    La Torah, les 5 livres de Moïse, est lue régulièrement dans la synagogue du début de l’année à l’autre. C’est ce que l’on appelle la ronde de la Torah. On lit une section par shabbat et le lecteur va suivre, non pas avec le doigt, jamais vous ne verrez un rabbin mettre le doigt sur le rouleau des écritures, c’est sacré (kadoch), le Nom du Seigneur est dessus. Alors il a dans sa main un doigt en argent (symbole du rachat) c’est une tige avec au bout une main qui tend l’index et s’appelle le Yad’ (la main).

    À leur insu au travers du symbole de l’argent, ils disent que la Parole de Dieu est pour le rachat au travers de Son Nom. C’est comme si c’était la main de Dieu qui montrait le rachat dans le Messie tout au long de l’écriture. Ainsi il a sous ses yeux le symbole du rachat qui est l’argent et ainsi il montre tous les textes comme étant la Parole de Dieu. Tout cela pour ne pas toucher le parchemin.

    Dans le Talmud, il y a 2 sortes d’écrits. Ce qu’on appelle la Halaka et la hagada. La Halaka, ce sont toutes les formes imposées par le rabbinat d’interdictions.

    C’est drôle, eux ils disent " il ne faut  pas ! il ne faut pas ! il ne faut pas ! " et nous nous disons " il faut ! il faut ! il faut !" 

    Dans les 613 commandements, il y en a plus de 300 qui interdisent quelque chose. Alors si les malheureux écoutent ces commandements arrangés par les rabbins, parce que ce que Dieu donne en interdiction est bon et parfait, il y a une raison valable, mais arrangé par les rabbins c’est tout du négatif. Par exemple les rabbins disent : vous ne mangerez pas avec la même vaisselle, la viande et les aliments à base de lait. Si bien qu’il y a 2 sortes de service de vaisselle dans les foyers pour l’usage courant. Et ce n’est pas tout il y a une autre vaisselle qui est multipliée par 2 aussi pour la semaine de PessaH afin que la vaisselle de l’année qui a été en contact avec la pain ayant du levain ne soit pas utilisée pendant cette semaine de pain sans levain. Et les malheureux sont tenus par des choses comme cela.

    Nos amis messianiques en Amérique nous ont raconté une petite histoire humoristique pour montrer jusqu’où ça va l’hypocrisie quand on commence comme cela. On raconte qu’un fils d’Israël est venu et disait :

    « Tu sais, j’ai 3 dentiers. »

    L’autre est étonné :

    -« 3 dentiers ? »

    Il répond :

    « oui, bien sûr, j’en ai un pour manger la viande, et quand je mange du fromage ou autre produit laitier je change de dentier je prends le 2ème. Tu sais à quoi me sert le 3ème ? Et bien quand je veux manger du jambon j’utilise le 3ème. »

    Vous comprenez où l’hypocrisie peut mener ! Vous savez il ne faut pas se moquer du peuple d’Israël parce qu’on l’a conduit à l’hypocrisie. Vous croyez que dans les sphères chrétiennes il n’y a pas cette hypocrisie là ? Un chrétien ça doit avoir un certaine forme de cheveu et d’habit et arrivé à la maison on fait ce qu’on veut. Ce qui montre bien qu’il y a une hypocrisie religieuse chrétienne.

    On met les autres sous un joug et on fait ce que l’on veut.

    Les erreurs du judaïsme sont les mêmes erreurs que l’on retrouve dans le christianisme.

    La hagada ce sont les histoires, les récits par exemple, la hagada de PessaH qui raconte comment les enfants d’Israël sont sortis d’Egypte. C’est bien, car on raconte la Bible, mais à côté de ça on il y a : rabbi Karsone a dit cela ; rabbi Untel a dit ça et finalement on a mis à côté du texte biblique d’autres récits qui n’ont plus rien à voir. Alors c’est comme si je vous disais une légende. Alors à partir du moment où ils mettent des légendes, où est la Parole de Dieu ?

    Si je vous disais, mes amis, dans votre Bible il y a une partie de légende et une partie de réalité, vous seriez les premiers à me dire: « c’est où tout ou rien. Ou bien la Parole est inspirée entièrement ou alors ce sont des histoires« .

    Moi mes amis je crois que le Parole de Dieu est inspirée entièrement. Mais malheureusement les rabbins, dans leur désir d’apporter la Parole de Dieu à leur manière, ont rajouté de leurs récits à eux, si bien que finalement on croit les récits et on ne croit plus la Parole de Dieu.

    J’ai entendu ici et ailleurs des enfants d’Israël me dire : « vous savez, Abraham un jour il a rencontré… » et ils me racontent une histoire qui n’est pas dans ma Bible. Et ils disent que c’est écrit dans la Bible. Non ! C’est écrit dans le Talmud. Pour eux, Bible et Talmud c’est pareil. C’est ce qu’on appelle de la prestidigitation ! Et malheureusement les rabbins sont devenus des prestidigitateurs qui ont transformés la Parole de Dieu et annulé la Parole de Dieu en mettant à la place la parole des hommes.

    Vous ne croyez pas qu’il y a de la prestidigitation dans le milieu chrétien aussi  aujourd’hui encore ? Et on met la parole des hommes à la place de la Parole de Dieu et c’est tellement grave.

    Si vous prenez la bible hébraïque, c’est à dire l’ancienne alliance, vous verrez que les livres ne sont pas dans le même ordre. Parce que les rabbins encore une fois, ont voulu arranger à leur manière à eux. Dans la Bible Hébraïque vous trouvez 24 livres, alors que dans la notre il y en a 39. Est-ce que ça veut dire que nous nous avons ajouté des livres ? ou bien est-ce qu’eux ont enlevé des livres ? Non seulement ils ont arrangé leur Bible avec 24 livres alors que nous en avons 39. Alors qu’est-ce qui s’est passé ?

    On raconte comment la Bible hébraïque a été composée et à quel moment. On avait gardé tous ces écrits et il fallait les mettre ensemble. C’est YoHanan Ben Zakaï qui après la destruction du temple a obtenu de Vespasien l’empereur de Rome l’autorisation de réunir à Yavné, en Israël, cette ville existe toujours en Israêl aujourd’hui, les sages de la Loi. Là sera installée l’autorité centrale du Judaïsme et là on a fixé définitivement le canon des écritures, on a fixé 24 livres au lieu de 39.

    Nous avons nous les 12 petits prophètes et bien pour eux les 12 n’en font qu’un.

    La Bible juive s’appelle le TenaH, nous l’avons vu plus haut, c’est une contraction de 3 mots : Torah, Névihim et kétouvim. Torah les 5 livres, Névihim (les prophètes) 8 livres c’est à dire 1 qui est constitué des 12 petits prophètes plus 7 qui sont les autres prophètes que vous connaissez et les Kétouvims qui sont les autres écrits 11 livres. Ce qui donne 5+8+11= 24

    -La Torah sont les 5 livres de Moïse

    -Les prophètes : Josué, Juges, Samuel (les 2 sont jumelés) , Rois (les 2 sont jumelés), Isaïe Jérémie Ezéchiel et les 12 petits prophètes un 1. Moi je vous dirai franchement que je préfère la manière dont c’est arrangé dans notre Bible car il y a un ordre logique intéressant.

    -Quant aux autres écrits, Kétouvim : Psaumes, Proverbe, Job, Cantique des cantiques, Lamentations, Ecclésiaste, Esther, Daniel, Esdras, Néhémie et les chroniques jumelées.

    Quant à la nouvelle Alliance le Judaïsme ne veut pas en entendre parler.

    Yéchoua et les apôtres n’avait qu’une seule Bible c’était celle de l’ancienne Alliance. Yéchoua et la nouvelle Alliance font référence continuellement à Moïse et aux prophètes (Luc 16 :31). Yéchoua a dit : « Je ne suis pas venu pour abolir mais pour accomplir »

    Ce qui montre bien que la pensée de Dieu n’est pas de détruire le texte : toute la Bible est la Parole de Dieu et la vérité.

    Maintenant laissez-moi vous montrer quelque chose de très important et de très grave, pour vous montrer que quand on veut déformer quelque chose, on tombe dans le blasphème, et le blasphème c’est quelque chose qui peut être très grave, même pour les croyants, quand on est mal éclairé.

    Il y a une nuance très grave dans le Nom de Yéchoua transformé par les rabbins. Yéchoua veut dire Dieu sauveur ou Dieu délivre Yé-Choua.

    L’ange avait dit : « tu l’appelleras Yéchoua car c’est Lui qui sauvera son peuple de ses péchés ».

    Le christianisme a transformé le Nom de Yéchoua en Jésus car il est passé par le canal grec Yésous. Chacun peut prononcer le Nom du Seigneur comme il veut, ce n’est pas un problème.

    Mais dans le milieu juif, vous entendrez quand vous parlerez de Yéchoua à un enfant d’Israël, si c’est un religieux, il vous dira : «  oui vous parlez de Yéchou ! ».

    Attention mes amis, là il y a une chose grave qui est caché derrière ce mot Yéchou. Figurez-vous que les rabbins ont commencé à déformer la pensée divine de Dieu avec le Nom de Yéchoua. Par contradiction à Yéchoua qui veut dire Dieu Sauveur, Dieu libérateur, et dans Esaïe 49 :8 on trouve le Nom du Messie exactement « Ainsi parle l’Eternel au temps de la grâce je t’exaucerai au jour du salut je te secourrai.». Et en hébreu il y a écrit : ouv yom Yéchoua azartiHa, au jour de Yéchoua Je te secourrai. Ainsi au jour où il y aura un homme qui s’appellera Yéchoua, ça veut dire Dieu sauveur, ce sera le secours de Dieu qui te sera apporté » ».

    Donc la Bible montre bien que le Nom de Yéchoua c’est le Nom du Messie, c’est normal qu’Il s’appelle ainsi.

    Mais j’ai commencé à tendre l’oreille un jour où un homme qui venait à notre réunion et à qui je parlais de Yéchoua me répondit : « Ah ! vous parlez de Yéchou »

    Je lui répondais : « non ! Yéchoua ! » Il me dit : «non, Yéchou »et après il répétait un mot en hébreu.

    Vous savez ce que les rabbins ont fait ? et ça c’est un blasphème ! Ils ont dit qu’il ne fallait plus l’appeler Yéchoua qui veut dire « Dieu sauveur » mais qu’il faut l’appeler Yéchou, car ils ont voulu prendre que les 3 premières lettres י Yod, שchine, ו vav et c’est un blasphème qui veut dire : י

    Yod pour Ymar, שChine pour Chémo et ו vav pour véziHon’ ce qui signifie :

    ymar chémo véziHon’ c.a.d. que son nom soit effacé !

    Vous voyez quel blasphème ! C’est terrible ! Faites attention quand vous entendez cela, vous ne devez pas accepter cela et vous devez tout de suite lui répliquer :

    « non, c’est Yéchoua Dieu sauveur ! ».

     

    Connaissance du Judaîsme pour une approche messianique, par Paul Ghénnassia

     

    Refusez un tel blasphème !

    Ymar veut dire : effacer ; Chémo veut dire : le nom ; véziHon veut dire : le souvenir.
    Et ainsi le Nom de Yéchoua est bafoué avec les 3 lettres que l’on a pris de Son Nom !

    Chez les arabes il y a le même blasphème :

    sig’na aïssa (sauveur Aïssa c.a.d.Yéchouya) mais certains arabes vous diront Sid’na Aïssa c.a.d. celui qui fait des disputes c-à-d. Jésus celui qui fait des disputes.

    Nous ne devons pas accepter ce mot Yéchou.

    Ne nous laissons pas séduire par les interprétations erronées des rabbins, ni même des pasteurs ni même des prêtres, ce qui compte c’est ce que Dieu a dit et il nous faut un jugement saint pour Bien interpréter la Parole de Dieu. C’est que les hommes peuvent avoir écrit de bonnes choses et nous avons l’esprit de Dieu pour nous aider à discerner les bonnes choses, mais dans tous les écrits des hommes qu’ils soient les meilleurs enfants de Dieu, il y aura toujours une petite interprétation qui ne sera pas tout à fait juste et il faut faire attention de ne pas l’accepter.

    « Merci pour ta Parole Seigneur et merci parce que Tu n’as pas permis que nous restions dans nos erreurs, nous avons été les mêmes dans le judaïsme et dans d’autres sphères du christianisme, souvent on tombe dans l’erreur et nous avons sans le vouloir blasphémé ton Nom, mais maintenant nous n’acceptons plus ces blasphèmes, nous avons trouvé enfin Celui qui rempli nos vies, nous avons trouvé le Messie béni d’Israël, dans le sang duquel nous avons la rédemption parfaite et nous voulons acclamer Yéchoua plus que jamais le Messie d’Israël, le Dieu sauveur et libérateur par lequel Toi Dieu Tout Puissant Elohim Tu t’es révélé dans nos vies et dans nos cœurs. Nous voulons Seigneur nous laisser conduire par Ton Esprit Saint dans toute la vérité afin de mieux te connaître, de mieux te servir, de mieux te chercher et d’être prêt pour le grand jour quand Tu reviendras Seigneur. Au Nom de Yéchoua et dans la personne bénie du Messie. Amen. »

    « Yeshoua et la femme adultère par Francesco MICCICHEL’enseignement du livre de Ruth »
    Yahoo!

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :